D'après le journal anglais The Times, les nouveaux passeports avec puce électronique utilisés dans certains pays, pour lutter contre le terrorisme et la criminalité organisée, peuvent être modifiés en quelques minutes... Annoncés comme infalsifiables, ces passeports supportent une puce sur laquelle peuvent être stockées : une clé, une photo, un extrait de biographie (sans doute un rapport avec le casier judicaire de la personne), et les informations biométriques du détenteur. Mais Jeroen van Beek, un chercheur en sécurité informatique, a cloné deux passeports en utilisant un lecteur de cartes et deux cartes. Plus grave, les deux fausses puces qui ont été falsifiés en moins d'une heure, ont étés reconnues valides par le lecteur de passeport officiel approuvé par l'ONU ! Normalement des puces modifiées devraient être détectées, car la clé qu'elle contiennent ne correspondrait pas à celle enregistrée dans la base de donnée internationale. Seulement l'expérience de ce chercheur prouve bien le contraire, et le système sera véritablement infalsifiable uniquement quand tous les pays concernés par le passeport électronique l'auront adopté, et quand ils utiliseront tous la même base de donnée internationale.


Retour à l'accueil