Peu connues du grand public, des clauses de règlements d'épreuves prévoies, pour les athlètes des motifs d'exclusion des Jeux Olympiques de Turin :

- En saut à ski le compétiteur qui ne remonte pas intégralement la fermeture éclair de sa combinaison peut lui valoir une disqualification pure et simple. Pour éviter qu'un sauteur cherche à améliorer sa portance au vent en prenant l'allure du bonhomme Michelin, les règles sont formelles: sa combinaison doit épouser son corps.

- Au petit tremplin, la longueur des planches ne doit pas excéder la taille du sauteur multipliée par le coefficient 1,46.

- En ski alpin, les skis ne doivent pas êtres trop étroits. Même de quelques millimètres !

- Le règlement du ski de fond n'hésite pas à pénaliser ! Sera disqualifié le compétiteur qui skie plus d'une manche de relais. Plus mystérieux: les fondeurs ne peuvent prendre part à la course que s'ils sont clairement identifiables.

- La stricte application des partenariats commerciaux noués avec les sponsors peut, elle aussi, être un motif d'exclusion. Un produit dont la marque ne soit pas sponsor officiel des Jeux ne doit pas être présent sur les sites des JO. C'est valable pour les compétiteurs mais aussi... pour les spectateurs !

- L'usage d'un vocabulaire trop familier peut aussi s'avérer pénalisant. 

©Sprod / Getty Images / Reuters.

Retour à l'accueil