Coca-Cola lance la première boisson “à calories négatives”. À base d'extraits de thé vert, trois petites cannettes d'Enviga permettent de brûler jusqu'à 100 calories sans bouger, grâce à son effet sur le métabolisme. Boisson santé ou danger public ? «C'est très inquiétant», juge Roxane Guindon, diététiste pour la Fondation des maladies du coeur du Québec, après avoir étudié la composition du produit. Les spécialistes consultés se posent tous de sérieuses questions face à cette boisson forte en caféine et faible en calories qui présente un potentiel d'abus élevé. “En donnant une petite poussée d'énergie à votre corps, Enviga est un pas facile et positif vers un mode de vie équilibré et sain”, peut-on lire sur la canette de 341ml, l'équivalent d'une tasse de café. La boisson contient toutefois 30% plus de caféine qu'un café filtre moyen et trois fois plus qu'un Coca-Cola classique ! “Le concept n'est pas nouveau, dit le Dr Angelo Tremblay, de l'Université Laval. Le café noir fait la même chose: il contient 0 calorie et en fait dépenser. C'est aussi un véhicule à calories négatives”. Mais le café noir n'a pas la force du marketing de Coca-Cola, note ce spécialiste de l'obésité. Le Dr Tremblay a lui aussi étudié l'effet de la consommation de caféine et de cet extrait de thé vert sur le système nerveux. Il est arrivé à des conclusions semblables: des stimulants hypocaloriques brûlent effectivement plus d'énergie qu'ils en apportent. Mais ils augmentent aussi la tension artérielle de façon significative et stimulent le rythme cardiaque. “Est-ce que ça pourrait déranger le sommeil de certaines personnes? Est-ce que c'est déconseillé pour des personnes ayant déjà des problèmes d'hypertension? demande le chercheur québécois. Il faut faire attention.” D'autant plus que l'Enviga respire la santé. Son nom est une contraction libre des mot “énergie” et “vigueur”. Il contient du calcium et seulement 5 calories, ce qui le rend particulièrement attirant pour une population déjà très vulnérable. “Je suis certain que Coca-Cola ne voulait pas vendre sa boisson aux anorexiques, mais on oublie un peu vite que certaines personnes risquent d'abuser d'un produit comme celui-là”, estime le Dr Jean Wilkins, spécialiste des troubles alimentaires à l'hôpital Sainte-Justine. “Un produit comme ça va forcément créer un phénomène de fascination”, dit-il.

La boisson sera lancée dans certains marchés des États-Unis en novembre. C'est Santé Canada qui devra donner le feu vert à l'arrivée du produit qui est soumis au règlement sur les «produits naturels».

Retour à l'accueil