Dates de limite de consommation trafiquées, produits décongelés puis recongelés, … Selon le Midi Libre, pour trois jeunes femmes employées dans des restaurants McDonald’s de Nîmes, et syndiquées à la CGT, leur employeur manque aux règles d’hygiène et de sécurité alimentaire. L’une d’elles, Bouchra, qui occupe un poste de manager, affirme qu’on lui “demande de falsifier les dates limite de consommation, de réétiqueter ensuite les produits en repoussant la DLC de deux, trois, quatre jours, parfois plus. […] On recongèle parfois des produits déjà décongelés, des gâteaux, de la viande, de tout.” Déjà en novembre dernier, Amel et Bouchra ainsi que deux autres employés, ont envoyé une lettre au patron des franchises concernées afin de signaler ces dysfonctionnements alimentaires. Depuis, ce courrier s’est transformé en jeu d’intimidation et de menaces provenant de leurs supérieurs ! Elles estiment également être victimes de discrimination syndicale, car une procédure de licenciement disciplinaire leur a été adressé. Rajaa, la troisième employée de l’affaire, a constitué un dossier pour les prud’hommes, réunissant des attestations d’employés confirmant ces accusations. A suivre…
Retour à l'accueil