Dimanche 10 Juin 2007 avait lieu le Grand Prix F1 de Montréal, au Canada. Outre la victoire de Lewis Hamilton, le fait marquant de cette course a été l’accident très spectaculaire de Robert Kubica. Le pilote s’en tire avec une commotion cérébrale et une légère entourse à la cheville. Un miracle quand on voit sa voiture s’écraser contre un mur non protégé à 213km/h, et quand on sait qu’il compte être au départ dimanche prochain au Grand Prix F1 de Indianapolis ! Regardez l’accident de Kubica :

 

 


Quels sont les facteurs qui l’ont véritablement sauvés ? Réponses :

• Les monoplaces disposent d’une cellule de 60 kilos, indestructible, et résistant au feu, qui doivent passer 23 crash-tests différents.
La Fédération limite la performance des voitures en imposant des restrictions aérodynamiques ou mécaniques. Si ces restrictions n’étaient pas appliquées, la vitesse des véhicules pourraient dépasser facilement les 400 km/h, et se transformeraient ainsi en véritable avion de chasse !
• Les pilotes sont surentraînés, comme des astronautes, pour supporter les G, qui peuvent aller jusqu’à 100 fois le poids de leur corps, lors d’un accident comme celui-ci.

• Les circuits sont plus sécurisés : rails à déformation progressive, virages modifiés, zones de dégagements élargies, etc… Malheureusement, celui de Montréal est ancien, et présente encore des murs en béton, non protégés de surcroît …
• Enfin la chance, qui peut paraître une raison simple, mais qui est aussi un facteur important dans les accidents de voitures. En effet, tout dépend comment la monoplace prend le rail ou le mur, le choc est plus ou moins important.

Retour à l'accueil