Arrivé à la fin de son mandat, Jacques Chirac a du faire une nouvelle déclaration sur sa situation patrimoniale. Le patrimoine du chef de l'Etat compte notamment une résidence secondaire à Bity en Corrèze, dans la commune de Sarran où le couple vote, et une maison rurale à Sainte-Féréole, également en Corrèze, évaluée à 60.000 euros. Jacques et Bernadette Chirac, mariés sous le régime de la communauté réduite aux acquêts, possèdent ainsi en commun le château de Bity, acquis en 1969 et estimé aujourd'hui à 500.000 euros. Une modification du patrimoine est intervenue en 2004. L'appartement situé rue de Seine d'une surface de 114 mètres carrés, a fait l'objet d'une donation au profit de Mme Claude Chirac devant notaire. Les valeurs mobilières déclarées s'élèvent à près de 580.000 euros et les comptes bancaires courants ou d'épargne à quelque 74.000 euros. Le couple Chirac a déclaré 200.000 euros au titre du mobilier meublant et objets d’art et de collections. Enfin, ils possèdent toujours une 205 Peugeot, année 1984 !
De plus, Jacques et Bernadette Chirac ont trouvé l'appartement dans lequel ils vont emménager dans 3 semaines (voir photos) : un duplex de 180m2 sur les quais de la Seine , rive gauche, au 3 quai Voltaire, face au Louvre, dans le VIIème arrondissement, un quartier très chic de Paris ! Bernadette Chirac a fait plusieurs allers-retours quotidiens pour surveiller l'aménagement de cet appartement qui donne sur une cour intérieure pavée, et des employés de l'Elysée ont déchargé récemment des cartons, des objets d'art africains ou encore des caisses de vins millésimés dans ce lieu estimé à 2 millions d’euros ! Heureusement pour eux, les Chirac ont des amis très riches, en l’occurrence la famille de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, dont fils Ayman va leur prêter cet appartement de rêve, en attendant qu’ils trouvent un appartement définitif ! Ce domicile définitif ne sera pas à la charge de l’Etat, nous, contribuables français pouvons donc dire “merci” à la généreuse famille Hariri !

Après avoir quitté l’Elysée, Jacques Chirac aura ainsi 3 pieds à terre dans la capitale : son appartement, ses bureaux privés près de l’Assemblée nationale qui sont payés par l’Etat, et bientôt sa fondation pour l’écologie et le dialogue des cultures, qui devrait ouvrir après l’été.

Retour à l'accueil