easy-jet-refuse-embarquement-tweet.jpgMark Leiser, un universitaire britannique, a eu le malheur de tweeter le retard de son vol EasyJet sur le réseau social, d’après le site Arrêt Sur Images. Mardi soir dernier, son vol de Galsgow pour Londres est annoncé avec plus d’une heure de retard, ce qui a pour incidence de rater la correspondance pour certains voyageurs comme lui. Il écrit alors "Vol retardé d'1h30. Un soldat va manquer sa dernière possibilité de correspondance et EasyJet refuse de l'aider à payer pour qu'il arrive à Portsmouth." Mais au moment d’embarquer, une hôtesse l’écarte et lui annonce qu’il n’allait pas monter à bord à cause de ce message ! Le chef d’escale a contrôlé ses bagages, le tweet, et lui confirme qu’il restera au sol… Mark assume sa liberté d’expression, et a présenté ses papiers d’universitaire, et justifie qu’il est une sorte d’avocat. Il se voit finalement invité à bord par un autre manager plus concilient. Jeudi, la compagnie aérienne s’est excusée sur son compte twitter officiel : “Bonjour Mark, désolé de découvrir ce malheureux incident. Aucun passager ne se verra refuser l'embarquement pour des commentaires sur un réseau social.”

Retour à l'accueil