fiche-stic-rapeurs.jpg

Des malins se faisant passer pour des policiers ont obtenus ces informations confidentielles sur un simple coup de téléphone ! Le Système de Traitement des Infractions Constatées recense 45 millions de Français, qui ont déposé une plainte, qui sont soupçonnés ou qui ont été accusés d'une infraction. Ainsi, il faut faire la distinction et pas faire de raccourci entre mis en cause et condamné. Par négligence de mise à jour régulière, seulement 17% des fiches seraient correctes.

D'après PC Impact, des internautes du site ViolVocal ont réalisé plusieurs canulars en se faisant passer pour des policiers, et en mettant en confiance le commissariat pendant la conversation. Enregistrés, ces appels révélant le contenu des fiches STIC de La Fouine, Morsay, Booba, Rhoff, JoeyStarr et Cortex, ont été publiées en vidéo sur le net. En résumé les mises en cause pour Rohff sont : recel, vol à l’arrachée, rébellion, violence volontaire entraînant une ITT de plus de huit jours, contrefaçon de monnaie en 2001, violence volontaire avec arme à feu, et un port illégal d’arme de première catégorie en 2007. Pour son rival Booba les mises en cause sont : vol à l’étalage, diverses affaires avec les stups, conduite en état d’ivresse, et mêlé à une affaire de meurtre. La Fouine a été mis en cause d'après sa fiche pour : association de malfaiteurs, détention et vente illicite de stupéfiants, trafic, recel, extorsion de fonds, histoires d’incendie volontaire, et mis en cause dans une affaire d'agression sexuelle sur mineure en 1997. En ce qui concerne JoeyStarr : violences volontaires, dégradations, et l’affaire du singe violenté.

La Préfecture de Police de Paris a ouvert une enquête à la demande des quatre parquets de l’agglomération parisienne, et l’Inspection Générale des Services est saisie pour des faits qui pourraient être éventuellement reprochés au policier. Les agents de police qui ont consulté le fichier STIC, bien qu'abusés par la situation, risquent d'être mis en examens pour détournement de données confidentielles et violation du secret professionnel. Les auteurs des impostures peuvent également être poursuivis pour usurpation d’identité, fausse identité de fonctionnaire, accès à un fichier STIC, et diffusion de données confidentielles. Déjà en 2008 les fiches STIC de Johnny Hallyday et de Jamel Debbouze avaient été révélées. Ecoutez les appels qui ont permis d'obtenir certaines fiches STIC :

Retour à l'accueil