boycott-interdit.jpg

Il est interdit d’interdire. Il y a quelques mois, Michèle Alliot-Marie, soutenue par le procureur général de Paris, a interdit le boycott en France par une simple circulaire ! La Chancellerie estime maintenant que tout appel au boycott des produits d’un pays n’était qu’une “provocation publique à la discrimination envers une nation”. Pour les réfractaires : un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende ! Le procureur général avait déjà indiqué dans un rapport de politique pénale en 2009 que “les faits de boycott ou de provocation au boycott peuvent s’analyser, selon les espèces, soit en une provocation à la discrimination, soit en une discrimination ayant pour effet d’entraver l’exercice d’une activité économique”. En clair, avec la mondialisation on a juste le droit de consommer, sans utiliser ce qui était l’une des libertés de protestation de notre pays : c’était le boycott…

Retour à l'accueil