cite-male-copie-1.jpg

Accusation de bidonnage et menaces en pagailles...  “La cité du mâle” est un documentaire de 50 minutes, tourné au printemps dernier pendant plusieurs semaines à Vitry-sur-Seine (94), là où Sohane fut assassinée dans un local à poubelles. Le film met en lumière les agressions machistes dans les cités. Mais il a été déprogrammé en catastrophe le 31 août dernier... Arte a expliqué avoir “pris connaissance une heure avant la diffusion des risques encourus par une personne liée à ce film” (Nabila Laïb, voir ci après, ndlr) et souhaitait surtout analyser “les risques juridiques encourus”. Craignant la diffamation, la chaîne franco-allemande a donc procédé à quelques modifications, afin de garantir un anonymat total… Le documentaire polémique sera finalement diffusé le mercredi 29 septembre à 21h35.

Mais cette rétractation était-elle véritablement la peur d’une attaque judicaire ou un moyen de maquiller un éventuel bidonnage ? Des familles auraient contacté le producteur Daniel Leconte, afin de lui signaler qu’elles couraient des risques, et que leur entourage était en danger. Si 95% des interviewés ont signés des décharges d'autorisation de tournage, d’autres ont normalement les visages floutés. Aucun risque donc pour le producteur et la chaîne, mais c’est ce vent de panique qui aurait conduit à la déprogrammation dans l’urgence...
De plus, d’après la journaliste Nabila Laïb (ayant mis la réalisatrice en contact avec les protagonistes), la réalisatrice, Cathy Sanchez, aurait poussé certains témoins, et aurait monté les images de telle façon que le film serait “instrumentalisé et bidonné”. Pour la journaliste qui s'est confiée au Figaro, il n’y a eu “zéro menace mais un désaccord éditorial […] Elle (la réalisatrice) a choisi parmi les témoins ceux qui collait à l’histoire qu’elle avait écrite au préalable. […] Elle voulait leur faire dire des choses. Elle voulait un jeune qui frappe les filles alors elle lui a posé des questions provocantes comme « que se passerait-il si tu trouvais ta copine au lit avec un mec ? », alors oui il a répondu qu’il lui mettrait une baffe. A un moment, on a été encerclé à la cité Balzac. Un de ces jeunes que je connais apparaît le visage à peine flouté alors qu’on lui avait promis qu’on ne le verrait pas. Ce jeune homme connaît ma famille…” Menacée, Nabila a donc alerté Arte après avoir vu le doc pour souligner ce manque de déontologie...
De son côté, Cathy Sanchez juge “grave et inadmissible” ces propos et se réserve le droit de l’attaquer. “Cette personne qui a assisté à tous les entretiens filmés, invente, une fois le film achevé, des dialogues de toutes pièces avec des témoins. Des dialogues dont il serait facile d’apporter la preuve qu’ils ne reposent sur rien”, se défend la réalisatrice et sa société Doc en Stock. En off, ce sont donc plutôt les femmes qui se bagarrent pour révéler une vérité qui dérange… Verdict le 29 septembre prochain, si il n’est pas à nouveau déprogrammé.

Regardez des extraits du documentaire “La cité du mâle” :



Retour à l'accueil