Moins d’un an après la Coupe du Monde, Raymond Domenech, sélectionneur de l’équipe de France de football, a changé d'avis à propos de Marco Materazzi. Domenech qui avait placé l’italien le plus détesté “en tête” des joueurs à supprimer, l'a encensé dans Le Parisien du 9 août 2007. A propos des provocations du joueur, il a déclaré que cela “fait partie du bagage” du footballeur, et que ces moyens “sont positifs pour l'équipe”. Sansure publie deux hypothèses pour ces deux faux-culs du football :

• Les propos de Raymond Domenech seraient-ils pas un message subliminal vis-à-vis de l’époque où il jouait au football ? En effet, Raymond était à l’époque surnommé “le boucher”, et “le casseur de jambes”. Il était considéré comme le “bad boy” du football, et jouait ce rôle pour provoquer la crainte des adversaires. “Quand j'étais joueur, mené 3-0 à deux minutes de la fin, s'il fallait “couper” un mec en deux, je l'aurais fait” a-t-il avoué. Materazzi et Domenech se ressemble donc : provocation verbale, violence physique, footballeurs, comédiens, et hypocrites… les deux font la paire.

• Les propos de Raymond Domenech seraient-ils pas un amuse-gueule avant le match Italie-France du 8 septembre 2007 ? Car Materazzzi a déjà laché “j’attend sur le terrain monsieur Domenech et tous ceux qui, au cours des derniers mois, se sont permis d'exprimer des jugements. Je les regarderai dans les yeux, sans baisser la tête, même pas une seule seconde. Eux, je ne sais pas”. Domenech, lui, s’amuse : “Il ne pourra pas faire ce qu'il dit. C'est impossible : il mesure près de 2m, et moi, je fais 1,76m. Pour me regarder dans les yeux, il sera donc obligé de baisser la tête !”.

Retour à l'accueil