1 - Un électeur toulousain se présentant comme “SuperGuy” et vêtu d'un costume de Superman, a voté hier au bureau de l'école maternelle la Terrasse , à Toulouse.

 

2 - Jacky Pannetrat, un commercial de 52 ans, originaire de Château-Chinon dans la Nièvre , le fief de François Mitterrand, affirme continuer à voter pour l'ancien président décédé début 1996, à chaque élection présidentielle grâce à un stock de bulletins d'époque ! “Je l'ai connu à Château-Chinon alors que j'était enfant. Et juste après sa réélection en 1988, c'est moi qu'on voit derrière lui, pendant son allocution. En 2012, je voterai encore pour lui. C'est le vote de l'amitié et de la fidélité éternelle”, a-t-il déclaré.

 

3 - Un habitant de Grasse, dont l'administration ne reconnaît pas la nationalité française a voté dimanche, comme au premier tour, dans la mairie de cette ville des Alpes-Maritimes. Abdelkrim Fodil, 52 ans, a voté avec son permis de conduire et une carte d'électeur qui lui avait été adressée quelques jours avant le premier tour. En 2004, M. Fodil, citoyen français depuis sa naissance, s'était vu refuser un certificat de nationalité française. En 2005, convoqué au commissariat de Grasse, il s'était vu retirer sa carte d'identité et son passeport français. Selon l'administration, M. Fodil a perdu la nationalité française lors de l'indépendance de l'Algérie, en 1962, en même temps que son père dont la déclaration recognitive de nationalité française aurait été classée sans suite. Le 11 avril dernier, le Tribunal de grande instance de Nice a confirmé la décision de l'administration. Un appel a été interjeté. “Ni l'INSEE, ni la mairie n'ont reçu de document confirmant que M. Fodil a perdu sa nationalité française, il figure donc toujours sur les listes électorales”, a indiqué le service électoral de la mairie de Grasse.

 

4 - Avec 95,08% des suffrages pour Nicolas Sarkozy, le village alsacien de Ringeldorf, situé dans le Bas-Rhin, a probablement donné son meilleur score national au président de la République élu dimanche au second tour du scrutin présidentiel. Loin des chiffres nationaux, 58 électeurs, sur les 61 votes exprimés, ont porté leur choix sur le candidat de l'UMP dans ce village de 80 habitants situé au nord de Strasbourg, où vivent beaucoup de personnes âgées.

Avec seulement trois bulletins en sa faveur, la candidate du PS, Ségolène Royal y a recueilli seulement 4,92% des suffrages ! “C'est un village qui a toujours été de droite, avec des gens assez conservateurs dans l'ensemble. On peut dire que c'était un résultat prévisible”, a expliqué l’adjointe du maire. En 1974, le village de Ringeldorf avait déjà fait parler de lui en votant à 100% pour Valéry Giscard d'Estaing !

Retour à l'accueil