Le fiasco de l’accès au Stade de France pour la finale de La Ligue Des Champions ! (Vidéos) #StadeDeFrance #LIVRMA

Une soirée chaotique qui mérite un carton rouge.


Mouvements de foule, grilles escaladées, faux billets, gaz lacrymogène, … Les nombreux débordements aux abords du Stade de France samedi soir dernier ont été davantage commentés que la victoire du Real Madrid face à Liverpool. La soirée a viré au cauchemar pour le service de sécurité, débordé par des intrusions et les tentatives de fraudes. L’UEFA a donc pris une décision très rare : retarder de 36 minutes le coup d’envoi de la finale.


Alors que les accès étaient donc très restreints, de nombreux supporters ont brandi leurs billets devant les grilles afin de prouver qu’ils étaient bien munis de tickets valables. Mais la tension est montée d’un cran, quand plusieurs individus ont pénétré dans l’enceinte du stade en escaladant les grilles. Les policiers ont donc tiré du gaz lacrymogène un peu partout, sur beaucoup de monde. Y compris sur des spectateurs qui entraient calmement, mais aussi pendant la rencontre afin de disperser les groupes encore présents sur l’esplanade.

Estelle Mossely bloquée, Cyril Hanouna sous une barrière.


Comme les spectateurs, plusieurs personnalités ont rencontré des soucis afin d’assister à cette finale de La Ligue Des Champions. Estelle Mossely s’est insurgée sur ses réseaux sociaux, après être restée bloquée pendant un long moment devant les grilles. La championne de boxe a finalement pu accéder aux tribunes quelques minutes avant la fin de la première mi-temps... Cyril Hanouna a lui aussi joué des coudes pour entrer. L’animateur de TPMP a été filmé en train de se glisser sous un tourniquet de contrôle. Après un selfie avec un agent de sécurité, il a rejoint sa place avec son fils. Enfin, Rafael Nadal a fini son trajet vers le stade à pied, car il était bloqué sur l'auroroute A1 !

Des images inquiétantes pour les prochains évènements.


Du côté des organisateurs, le mot « fiasco » est dans toutes les têtes. Toutes ces images de débordement non maîtrisés dans le cadre d’un évènement sportif majeur interrogent. Surtout à un an de la Coupe du Monde de rugby en France et à deux ans des Jeux Olympiques de Paris. Le déploiement samedi dernier de 6 800 policiers, gendarmes et pompiers aux abords du Stade de France, sans oublier les très nombreux agents de sécurité privé, était-il finalement très mal organisé ? Sans doute. Mais la mauvaise gestion des flux, à différents points de barrages, pourrait être la véritable source du problème du maintien de l’ordre.


Évidemment, l’exécutif est pointé du doigt pour incompétence. Notamment le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui martèle que ces débordements ont été causés par des supporters britanniques munis de faux billets. Certains membres de forces de l’ordre demandent également des comptes à l’UEFA. Sur CNEWS, le porte-parole du Syndicat indépendant des commissaire de Police a estimé que les organisateurs ont fait preuve « d'amateurisme » et que la « marge de progression est grande pour que leurs évènements sportifs se passent bien ».


D’autres réactions soulignent qu’il n’y a qu’avec le football qu’il y a de tels incidents. Contrairement aux rencontres de rugby européennes ou encore aux grands concerts, aussi proposés au Stade de France. Une réunion ministérielle a été annoncée pour ce jour, afin de « cerner les dysfonctionnements » et prendre des mesures. Les autorités françaises saisissent la justice pour « la fraude massive aux faux billets » et le préfet de police Didier Lallement se dédouane de toute responsabilité...

Retour à l'accueil