Les actions des marques face à la guerre en Ukraine ! #Ukraine

Fermetures massives, produits solidaires, dons d’argent, détournements …


Depuis le début de la guerre en Ukraine, à la suite de l’invasion militaire Russe, de très nombreuses marques ont décidé de se retirer du pays dirigé par Vladimir Poutine. De Apple à Instagram, en passant par Adidas et McDonald’s, ces firmes internationales ont donc coupé leurs liens avec la Russie et ont baissé le rideau de leurs boutiques en signe de protestation. Un boycott très massif et des positions claires qui sont une arme contre l’économie du pays, mais aussi pour échapper aux sanctions européennes.


En revanche, c’est plus compliqué pour certaines marques. A l’image de Burger King, Marks & Spencer et le groupe français Accor, qui sont « tenues par des accords de franchise complexes ». En clair, leurs établissements locaux sont la propriété de sociétés tiers en Russie. Ne souhaitant pas, pour l’heure, engager des processus longs et coûteux de ruptures, ces marques « coincées » détournent le problème pour sauver leur image. Ainsi, Burger King « verse les bénéfices de ses franchises en Russie à des actions humanitaires », Marks & Spencer a fait un don de 1,78 million d’euros aux réfugiés et Accor suspend « toute réservation pour les personnes sanctionnées » et s’engage à ne pas ouvrir d’autre hôtel dans le pays.

Tous les luxes auxquels on s’était habitué ces dernières années, les produits d’importation, les vêtements, appartiennent déjà au passé !

Ioulia Chimelevitch, en Russie

En France, plusieurs marques apportent leur soutien au peuple ukrainien. Si la majorité ont affiché les couleurs bleu et jaune du drapeau de l’Ukraine, d’autres ont également lancé des campagnes d’appel aux dons ou réalisé des collectes de denrées alimentaires.


Il y a aussi le site Legend Icon, spécialisé dans le merchandising geek et licences officielles, qui vient de sortir une collection SLAVA UKRAINI. Tous les bénéfices des ventes de ces produits seront reversés à la Croix-Rouge, qui répond de manière agile aux besoins humanitaires sur place et vient en aide à toutes les personnes touchées par cette crise.
 

Václav Kudělka, un graphiste originaire de République tchèque, a régit à la défection des marques en Russie en parodiant plusieurs logos. C’est sur son compte Instagram qu’il a publié ces identités visuelles revisitées. Par exemple, Netflix est devenu « Nyetflix », qui intègre donc le mot « Niet » signifiant « non » en Russe. Une série de détournements très réussis, qui expriment finalement le message fort de ce qui se passe économiquement, que nous vous invitons à regarder :

Retour à l'accueil