Les dérapages violents lors du meeting d’Éric Zemmour ! #ZemmourVillepinte #Présidentielle2022

Militants frappés, journalistes virés, le candidat agrippé, …


Le candidat d'extrême droite à l’élection présidentielle proposait hier son premier rassemblement de partisans, au Parc des expositions de Villepinte. Dans la salle, plusieurs dérapages violents ont marqué cette journée politique. Le service de sécurité n’a pas chômé…

Des journalistes de Quotidien exfiltrés.

Une équipe de l'émission Quotidien a été huée par la foule durant le meeting. Ils ont alors été mis brièvement « à l'abri par sécurité », selon l'équipe du candidat d'extrême droite à la présidentielle. En réalité, ces journalistes ont été exfiltrés. L'une des journalistes qui a été évacuée était de retour dans la salle une demi-heure après l'incident. Des détails sont assurément donnés dans l’émission de Yann Barthès, diffusée sur TMC. Par ailleurs, de nombreux journalistes ont été arrêtés aux abords du bâtiment.

Des militants de Sos Racisme frappés.

Au début du discours de Zemmour, une dizaine de militants de Sos Racisme se sont levés au fond de la salle sur une rangée, avec une lettre en jaune sur chacun de leurs tee-shirt noirs, permettant d'afficher le message « Non au racisme ». Immédiatement, ils ont été pris violemment à partie par d'autres participants au meeting, qui les ont frappés, ou ont lancé sur eux des sièges avant d'être évacués. Au moins deux personnes étaient en sang, a constaté un journaliste de l'AFP. Plusieurs images diffusées sur les réseaux sociaux, à la fois de l’association et de journalistes, démontrent l’extrême violence de la scène :

En quelques secondes des chaises ont été lancées, des militants jetés à terre et frappés. Ils ont fini avec des plaies ouvertes – au moins deux – d'autres ont pris des coups. Cela fera l'objet de plaintes de la part de militants agressés pour déterminer qui sont les agresseurs et qu'ils répondent de leurs actes.

Dominique Sopo, président de SOS Racisme, à l'AFP

Un homme a agrippé Éric Zemmour.

Le candidat a traversé la foule présente afin de rejoindre la scène et prononcer son discours. Une personne dans le public a alors sauté au cou de Zemmour. Cet individu a lui aussi été neutralisé très rapidement et exfiltré par la sécurité. Il a ensuite été placé en garde à vue par la police, pour « violences avec préméditation ». Dans la soirée, le candidat aurait annoncé être blessé au poignet et son intention de porter plainte.

Retour à l'accueil