Plus de 11 000 médecins violent leur serment dans un groupe privé Facebook ! (Diaporama) #Divan
Plus de 11 000 médecins violent leur serment dans un groupe privé Facebook ! (Diaporama) #Divan
Plus de 11 000 médecins violent leur serment dans un groupe privé Facebook ! (Diaporama) #Divan

Hippocrate et hypocrites.


Deux journalistes de l’Obs ont été alertées en juin dernier sur les dérives d'un groupe Facebook, à la suite d’un mail anonyme d’un médecin. Elles ont enquêté sur cette bande de praticiens qui y partagent des photos reconnaissables de patients, accompagnés de propos obscènes et condamnables.

« Le Divan des médecins », c’est le nom de cette page privée, est passé de lieu d'échanges et de soutien entre professionnels, à un défouloir où le secret médical est sacrifié. Et gare à ceux qui tenterait de calmer le jeu : les représailles, les menaces et le harcèlement de type "ligue du LOL" font aussi parti des méthodes scandaleuses du groupe.

Comme en salle de garde, la règle implicite de ce groupe Facebook est qu’on a le droit de se comporter très mal.

Emmanuelle Godeau, médecin de santé publique, enseignante-chercheuse à l’École des hautes études en santé publique (EHESP) et autrice d’une thèse d’anthropologie sur la culture carabine.

Si au départ les membres ressentaient le besoin de partager leur mal-être avec des inconnus qui exerçaient le même métier qu’eux, l’ambiance a vrillé en quelques mois. Si de nombreuses publications demandent des avis sur des pathologies, avec des photos volées qui ne respectent pas le secret médical, les réponses en commentaire sont pour la plupart insupportables. Moqueries sur le physique des patients, messages grossophobes, images sexistes, transphobes, homophobes et racistes se comptent par centaines.

Commentaires grossophobes, sexistes, homophobes sur le dos des patients.

Les journalistes l’Obs sont même parvenues à contacter des patients tellement il est facile de les identifier ! Elles ont également interrogé d’anciens membres. L’un d’eux, banni, explique que dès qu’il était à contre-courant le ton montait et avait droit à un message d’un administrateur le sommant de prouver qu’il était médecin. Une autre membre qui avait osé révéler l’ambiance du groupe a eu droit à des recherches sur son identité et sur son lieu de travail afin de la menacer.

Si un défaut de floutage semble dépourvu de toute intentionnalité, la situation est bien plus grave concernant les propos discriminatoires. Certains sont effarants et on ne peut que les condamner. Qu’il s’agisse d’un groupe privé ne change rien dans la mesure où la diffusion est massive. Quant à la question de l’humour carabin, s’il y a pu avoir un temps une certaine tolérance, elle n’a plus lieu d’être dans le contexte actuel.

Jean-Marcel Mourgues, vice-président de l’Ordre des Médecins, à l’Obs

Contacté par l’Obs, l’Ordre des Médecins promet une analyse juridique de ces contenus « effarants ». D’ici là, les membres du Divan auront déjà migré vers un nouveau groupe secret. Fin 2016 le groupe Facebook « Les médecins ne sont pas des pigeons » avait été épinglé pour « ses dérapages beauf, racistes et homophobes ».

En cas de partage de documents médicaux, prière de les anonymiser au préalable (patient + médecin). […] L'ambiance générale du groupe est "bon enfant" : si tout ce qui s'apparente à du second degré, de l'humour carabin ou même du "vidage de sac" vous hérisse le poil, il est encore temps, fuyez !

Extrait des règles de groupe des administrateurs

Retour à l'accueil