Les business parallèles des animateurs télé ! #business

Arthur, Cordula, Ardisson, Hanouna, Cymès, …


Tous ont des activités en plus de leur métier d’animateur/trice et de producteur télé. Comme le révèle le magazine Capital dans son dernier numéro, les stars du PAF assurent leur fin de carrière, réalisent un rêve de gosse ou investissent tout simplement leur fortune dans des business bien différents. Et leur notoriété facilite grandement ces activités parallèles. Découvrez 8 portraits très business :

Arthur

Sa holding luxembourgeoise contrôle 200 millions de participations dans des entreprises diverses. Selon BFM Business, il a notamment investi 4 millions d’euros dans les avertisseurs de radars Coyote, avant de revendre ses parts trois fois plus cher. Arthur a également participé au rachat de deux hôtels 5 étoiles à Paris : le Bastille Boutet et le Sofitel Arc de triomphe. Ce dernier est estimé à plus de 100 millions d’euros.

Laurent Ruquier

Ruq Spectacles est sa société spécialisée dans la production de spectacles. Il a osé miser sur les premiers one man show de Michaël Gregorio, Gaspart Proust et Vincent Dedienne. Il finance donc les jeunes artistes, mais aussi les lieux. En 2011, il a racheté le Théâtre Antoine à Paris, alors au bord de la faillite. L’an passé il a revendu ses parts du théâtre avec une plus-value de 2 millions d’euros.

Cyril Hanouna

Il aime placer son argent dans l’économie responsable, avec un intérêt environnemental ou social et des perspectives de développement très attractives. Hahapping, sa société dédiée à cette activité, dispose de 900 000 euros versés par l’animateur. Parmi leurs business on trouve une agence de communication qui emploie des personnes en situation de handicap, un club de foot des quartiers nord de Marseille ou encore une start-up de tourisme durable. Et bientôt Hanouna compte investir dans une plate-forme de mise en relation entre justiciables et avocats et dans des containers intelligents de recyclage de bouteilles en plastique.

Stéphane Bern

Niveau belles pierres il a racheté pour 4 millions d’euros et fait rénover le Collège royal et militaire de Thiron-Gardais. Un lieu qui accueille quelques milliers de touristes chaque année, mais pas suffisamment pour amortir son investissement. Bern a aussi investi 500 000 euros dans le magazine de son enfance et surtout celui des têtes couronnées Point De Vue, pour lequel il participe à quelques réunions.

Stéphane Plaza

Il est désormais d’un réseau à son nom de 407 agences. L’objectif étant d’avoir vise les 500 enseignes d’ici à 2020 et même les 1 000 à terme. Derrière Plaza Immobilier se cache en réalité les deux fondateurs de Laforêt. Les candidats à sa franchise doivent régler 29 000 euros de droits d’entrée et 8% de royalties. Le nom et l’image de l’animateur de M6 sont valorisées à 800 000 euros ! Sa maison mère a enregistré 8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, 2,3 millions d’euros de résultat net, soit 940 000 euros par actionnaires.

Michel Cymès

Le médecin le plus célèbre de France et animateur préféré des Français consulte sur tous les supports. Son magazine Dr Good s’écoule à 200 000 exemplaires en moyenne par numéro. Il est aussi associé au site de coaching personnalisé Betterise.me. En librairies ses ouvrages se vendent en moyenne à 100 000 exemplaires.

Thierry Ardisson

Celui qui préfère qu’on le qualifie de « concepteur » a fondé Ardimages en 2005 afin de produire des films. Avec seulement 2 longs-métrages, « Max » et « Ma Fille », le succès est mitigé. Alors il s’est associé à Nolita Cinéma en 2012 en injectant 200 000 euros, mettant à disposition des bureaux et une équipe comptable et administrative. Cette société, qui a produit avec succès « Les Souvenirs », affichait 8,2 millions d’euros de chiffre d’affaires et plus d’un million d’euros de bénéfices en 2017. La dernière envie d’Ardisson : produire une dizaine de séries.

Cristina Cordula

L’ex-mannequin a ouvert son propre cabinet dans un très chic quartier de la capitale. Sa prestation sur-mesure est facturée entre quelques centaines d’euros et jusqu’à 2 470 euros pour un rendez-vous avec la star. Ses prochains défis sont la création d’une ligne de parfums ou de vêtements. M6 se dit prête à la suivre pour la partie cosmétique.

Retour à l'accueil