Ces monuments sacrifiés pour des grandes surfaces commerciales #patrimoine

Le patrimoine est en train de disparaitre au profit des zones d’activités.


A six mois du fameux « Loto du Patrimoine », dont les recettes seront affectées à un fonds spécifique baptisé « Patrimoine en Péril » et proposé par l'animateur Stéphane Bern, nous avons relevé quelques exemples de monuments très récemment sacrifiés pour des grandes surfaces commerciales.
 

A Albi, la ferme de la Renaudié a été rasée.

Cet édifice historique datant du 19ème siècle a été démoli la semaine passée. Le chantier, qui a tout de même été interrompu pendant une demi-journée par des opposants, s’est terminé pendant la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 mars dernier. En lieu et place est prévu l’implantation d’un magasin Leroy Merlin, dont l’ouverture est prévue l’an prochain. Il s’agira de la cinquième enseigne de bricolage à Albi. Ce sont ainsi 20 hectares de terres agricoles qui serviront à une zone commerciale, à proximité de la rocade.

Je suis propriétaire depuis mercredi 21 mars matin, les travaux de démolition du bâtiment pouvaient donc commencer, j'ai toutes les autorisations nécessaires pour cela.

Bertrand Guilhem, maître d'ouvrage chez 3CI investissements

La grande halle Eiffel d’Arles démontée à tort.

Cette cathédrale d’acier a été conçu en 1906 par la Société de Construction de Levallois-Perret, anciennement Compagnie des Établissements Eiffel. Elle a abrité les usines de riz Lustucru, avant de tomber en friche, à la fermeture de l'établissement, à la suite d'inondations, en 2003. Cette grande halle de 99 m de longueur sur 44,50 m de largeur et une hauteur intérieure d’environ 20 mètres, a été démontée, stockée et transportée sur un autre site. Ainsi, la Grande Halle va être réinstallée sur son site marseillais d'origine ! Une décision prise en concertation avec les services de l'État, la ville d'Arles, la chambre de commerce et le groupe immobilier Frey, qui a prévu un centre commercial à la place. Au total 20 enseignes sur 19.000 m².

La papeterie de Nanterre sera démolie à 80%.

Après un siècle de fabrication, les anciennes papeteries de la Seine, à Nanterre, ont fermé le 31 mars 2011. Depuis le site a été acheté par le groupement BNP-Woodeum, afin d’y développer un projet économique innovant et responsable. La papeterie faisaint partie du paysage et de l’histoire de Nanterre. 17 hectares de friche industrielle sur lesquels seront construit d’ici à 2020 : un campus de bureaux en bois massif de 9 hectares baptisé l’Arboretum, une zone artisanale et logistique avec des commerces. Alors que la démolition est en cours, le bâtiment central de l’ancienne papeterie sera tout de même conservé pour son intérêt lié au patrimoine, afin d’être réaménagé.

Retour à l'accueil