patrice-evra-clash-tacle-telefoot-tf1.jpgLe joueur de l’Equipe de France et de Manchester United a souhaité remettre à leur place Luis Fernandez, Bixente Lizarazu, Rolland Courbis et Pierre Ménès, au risque de prendre une lourde sanction de la part de la Fédération pour ses propos. Dimanche matin, Téléfoot a diffusé un entretien choc de Patrice Evra à travers laquelle il en a profité pour dire ce qu’il pensait des critiques et de ses détracteurs : “Vous voulez me faire parler ? Alors je vais parler ! […] Ce ne sont pas ces clochards qui vont salir mon image. […] Il faut arrêter avec ces parasites. Je ne suis pas arrogant !”

Au sujet de Luis Fernandez : “En 2008 je lui ai fait visiter Old Trafford (le stade de Manchester en Angleterre, ndlr) il était comme à EuroDisney ! Quand on lui a donné les clefs du Paris Saint Germain, à part sucer des Chupa Chups et danser la macarena au bord du terrain, je ne sais pas ce qu’il a fait !”
Luis Fernandez se réserve la possibilité d’attaquer Evra : “ Je vais charger des personnes d’étudier ses déclarations. J’envisage de réécouter et de voir si les propos ne vont pas au-delà de l’acceptable. J’ai entendu les ‘’clochards’’, ça me parait un peu gros. […] C’est une attaque assez forte. A la veille d’un tirage au sort pour des barrages, le moment est mal choisi. Il aurait pu attendre de gagner un peu plus avec les Bleus”

Au sujet de Lizarazu : “Je ne sais pas ce qu’il a contre moi. J’ai été élu depuis le début de ma carrière deux fois meilleur arrière gauche du monde, quatre fois meilleur arrière gauche de la première ligue. Lui je ne sais si il a déjà été élu meilleur arrière gauche du monde. Après il a ses raisons… Lui c’est le seul joueur, lors de ma première sélection quand je suis arrivé en Equipe de France, qui ne m’a pas serré la main. Ils m’ont tous serré la main à part lui… Et je m’en souviens parce que Thierry Henry était avec moi et lui avait dit ‘Liza elle est là la relève’. Il l’avait regardé et lui avait dit ‘pourquoi on t’a dit que j’étais déjà à la retraite ?’, énervé.”
Bixente Lizarazu, présent sur le plateau de Telefoot, lui a répondu en niant l’incident :Il n’a pas besoin de moi pour se faire son image, il se débrouille très bien tout seul. Le timing est nul. Faire ça maintenant alors qu’on va jouer les barrages, je trouve ça nul.”

Au sujet de Pierre Ménès : “Je n’ai pas envie de lui donner de l’importance, mais j’espère un jour que je le croiserais. Parce que lui il a parlé de ma famille un jour ‘soit disant qu’Evra il serait prêt à vendre sa mère pour revenir en Equipe de France’. Donc lui j’espère le croiser. Malouda l’a déjà croisé, il l’a déjà chopé, il en parle plus, moi aussi j’espère le choper. Parce que lui le jour où il arrivera à faire huit jongles, j’arrête ma carrière !”
Pierre Ménès lui a répondu via twitter : “Et quand on est l'homme qui a eu l'idée de la grève à Knysna (quand les Bleus ne sont pas sortis du bus, ndlr), on rase les murs et on remercie le ciel d'être encore en sélection.” Avant de lui lancer à son tour un défi : “Le jour où Evra fera une interview sans massacrer la langue française, j'arrêterai aussi ma carrière.”
Christian Jeanpierre, le présentateur de Telefoot, a confirmé au journal L’Equipe que des passages sur Pierre Ménès ont étés censurés : “Nous avons dû couper, sous les recommandations du service juridique de TF1, des propos carrément diffamatoires à l’encontre de Pierre Ménès puisque Patrice Evra s’attaquait à son physique. Il y parlait d’obésité et de bijoux de famille.”

Au sujet de Rolland Courbis : “Lui aussi sur RMC, il fait que de parler…”
A son tour Rolland Courbis a tenu à lui répondre au micro de la station : “Je reste sur un plan purement sportif… Moi je ne suis qu’un petit entraineur […] Evra pour moi c’est ailier gauche moyen, qui de temps en temps se rappelle qui joue arrière gauche, qui accompagne ses adversaires sans les empêcher de centrer, qui parle de lui-même en disant ‘je suis un guerrier’ et qui tourne le dos au but à chaque fois qu’il y a un but, de peur de le prendre dans la poitrine voire sur le visage. Et qui en plus de ça, n’a aucune connaissance, et là c’est désolant pour mes collègues de profession, quand tu as le ballon au poste d’arrière gauche, tu ne donnes pas, en trottinant sans te soucier de quoi que ce soit, le ballon à celui qui est devant toi, et sans savoir si il maitrise l’action, partir derrière lui en position parfois de hors-jeu…”

Suite à cet entretien très cash, Patrice Evra sera bientôt entendu par Didier Deschamps et Noël Le Graët. Et même si il n’a pas attaqué la Fédération Française de Football, il pourrait être suspendu si les instances estiment qu’il a rompu la charte établie pour les Bleus…

Regardez l’intégralité des déclarations de Patrice Evra au micro de Telefoot :

Retour à l'accueil