tous-ensemble-2.jpg

Après la famille Sijmons en décembre, c’est au tour de la famille Remy dans la Charente de se plaindre des finitions de son habitation réalisée par l’équipe de Marc Emmanuel. En avril 2013, leur maison était restée avec d’importantes malfaçons suite à l’intervention d’un constructeur qui les avaient arnaqués. Grace à l’énergie de Marc Emmanuel et à l’intervention bénévole des artisans locaux, leur maison a été terminée et meublée en 15 jours.

Patrice, le père de famille, a affirmé au journal Charente Libre avoir d’abord été rassuré : “Ça nous a fait un choc. C’était beau, on était content. Les enfants sont heureux”. Mais la déception a remplacé la joie au sein de la famille : “Il y a beaucoup de choses qui ont été faites pour faire joli. Il fallait que le chantier aille vite. Si c’était à refaire, je ne le referais pas. Je n’aurais peut-être pas une cuisine comme celle-là, mais au moins, je n’aurais pas de fuite sur mon toit. Il y a tout un pan à refaire. Ça risque de nous coûter entre 7 000 et 8 000 euros, alors qu’on croule déjà sous les dettes.” La toiture est donc remise en cause, tout comme la salle de bain qui se dégrade considérablement depuis le passage des caméras : moisissures, plaques de plâtre en décomposition, la douche n’aurait fonctionné qu’une semaine, etc. Enfin, les piliers du portail d’entrée ont été coulés sur un chemin communal sans autorisation et doivent donc être détruits. Mais la famille Remy est consciente de l'énorme coup de main : “On n’en veut pas aux bénévoles qui se sont donnés à fond, ni aux entreprises locales qui sont intervenues sur le chantier parce qu’on sait qu’elles font du bon boulot. Ces gars-là, je les connais, ils sont droits.”

Si Julien Courbet, le producteur de l’émission, n’a pas encore réagit à cette nouvelle attaque, Marc Emmanuel avait déjà indiqué précédemment que "Les familles auxquelles nous nous adressons étant dans la précarité, notre objectif n’est pas de leur construire la maison de leurs rêves mais bien de bâtir dans l’urgence."

Retour à l'accueil