Certains chanteurs français n’ont pas de bonne conscience actuellement, et ont d’importants ennuis d’ordres judiciaires ! Sansure vous sort le dossier Cheb Mami et Indochine…

 

Cheb Mami
La juge d’instruction du tribunal de Bobigny en Seine-Saint-Denis a organisé une confrontation le 14 mai 2007, entre les protagonistes, auteurs et victime, de l’affaire dans laquelle une ancienne compagne de Cheb Mami l’accuse d’avoir organisé son avortement sauvage. Mais l’artiste âgé de 40 ans n’est pas venu. Mis en examen pour “violence volontaire, séquestration et menaces”, il avait été remis en liberté en février après quatre mois d’incarcération, contre le paiement d’une caution de 200 000 €, et la remise de ses deux passeports. Constatant son absence, la magistrate a lancé vendredi 18 mai 2007, un mandat d’arrêt international contre le chanteur qui se trouve en Algérie. En effet, le suspect est parti lors des vacances de Pâques, en passant par l’Espagne, il a embarqué à bord d’un bateau pour l’Algérie muni d’un passeport périmé. “Compte tenu de sa proximité avec le pouvoir, ce détail ne lui a pas posé problème une fois arrivé de l’autre côté de la Méditerranée ”, relève une source proche du dossier. Aucun accord d’extradition n’existe entre la France et l’Algérie. Là-bas, Cheb Mami, de son vrai nom Mohamed Khelifati, ne risque donc rien, mais cette fuite compromet sa carrière artistique. Impossible désormais pour lui de remettre les pieds dans l’Hexagone sans être de nouveau placé en détention. Les quatre mois passés en prison par le chanteur avaient été marqués par les multiples visites amicales des représentants de l’ambassade de son pays, lui assurant le total soutien de son ami, le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Les faits dont le chanteur est accusé sont accablants… Avec son manageur Michel Levy, également pour suivi dans le dossier ainsi qu’un troisième complice, il a organisé un véritable guet-apens pour obliger sa compagne à avorter de son enfant. Un intermédiaire l’accueille le 28 août 2005 à l’aéroport d’Alger, la conduit dans un premier lieu où il lui fait boire du jus d’orange dans lequel ont été dissous plusieurs médicaments. “J’ai commencé à me sentir engourdie, j’avais du mal à parler”, a raconté la femme aux policiers. Lorsqu’elle ressort de la pièce, elle tombe nez à nez avec un ami de Cheb Mami qui la conduit dans la villa de l’artiste. Il lui dit alors : “Tu as fait une faute.” Elle est allongée sur un matelas, deux femmes lui baissent son pantalon. “Je me disais : Mais qu’est-ce qu’ils me font ?“ a-t-elle expliqué. “Ils m’ont piquée trois fois sur les fesses, j’étais sur le dos, l’une des femmes était à califourchon sur moi, elle me pressait le ventre très fortement tandis que l’autre essayait d’extraire le foetus”. Dans la pièce, il y avait du sang partout. Les femmes s’arrêtent, pensant avoir réussi “l’opération”. A son retour en France, un médecin assure que le bébé est en bonne santé. Un miracle. Alors qu’elle détaille ces violences aux policiers le 21 novembre 2005, son téléphone sonne : c’est Cheb Mami. La conversation est retranscrite par l’officier. Lorsque la victime lui dit être toujours enceinte, ce dernier hurle : “Le sang je l’ai vu, j’étais là, j’ai vu le liquide sortir, t’as plus de bébé !” Une confidence qui prouverait la présence de Cheb Mami dans sa villa cette nuit-là, comme l’a également révélé son producteur. Le chanteur assure pourtant qu’il se trouvait à Oran. La fille de l’ex compagne du chanteur est née en bonne santé, le 4 mars 2006. Affaire Cheb Mami à suivre…

 

Indochine
Tandis que Indochine se produit ce soir samedi 19 mai 2007 à Bercy, une décision de justice du tribunal de grande instance de Paris est tombée mercredi 16 mai 2007 :  les CD et DVD live “Hanoï”, captés l’an dernier au Viêt Nam, doivent être retirés de la vente sous astreinte de

100 € par album vendu ! Depuis mercredi, le leader du groupe, Nicola Sirkis, a fait appel de cette décision. Il se retrouve face au guitariste Dominique Nicolas, qui a quitté le groupe en 1995, et qui a composé les titres suivants : “Salômbo”, “Tes yeux noirs”, “3e Sexe”, “l’Aventurier”, et “Trois nuits par semaine”. L’action de ce dernier est motivée par “une atteinte à son droit moral en tant que co-auteur et compositeur des titres les plus célèbres d’Indochine”. Personne ne lui a demandé son avis avant de transformer ces titres electro-pop en pièces symphoniques, lors de la sortie des CD et DVD live “Hanoï”. Nicola Sirkis aurai un égo surdimensionné, car depuis des années, Indochine, c’est lui et seulement lui. La goutte qui a fait déborder le vase se trouverait sur le site Internet officiel du groupe, Indo.fr : la news du 19 avril 2007 annonce : “Précision : aucune demande d’autorisation n’a été faite à Nicola pour la reprise de 3e Sexe par l’émission la Nouvelle Star.“ Aucune mention de Dominique Nicolas, pourtant compositeur de ce morceau !

Retour à l'accueil