Lundi 4 mai, Sansure s’est rendu au Moulin Rouge à Paris afin d’assister à l’émission de Frédéric Lopez. Nous vous dévoilons ce qui s’est passé sur le plateau de Panique dans l’oreillette pendant près de 4 heures d’enregistrement…

Les invités étaient Christine Bravo et Gérard Klein. Leurs proches, cachés dans la bulle au dessus du plateau : Laurent Ruquier et Muriel Bravo (sa sœur) entre autres pour elle, et Hugues Aufray et des amis pour lui. Une fois tout le monde en place, le concept est en route, les premières vannes sont lancées sur les invités par les complices. “Elle est plus à l’aise que sur TF1 !” lancera Laurent Ruquier en parlant de Christine. Pour nous dans le public, grâce à nos casques, on entend ce qui ce passe sur le plateau entre l’animateur et ses invités, mais surtout les infos balancées par les complices de la bulle, sans oublier Catherine Barma qui annonce depuis la régie le moment où le public doit montrer des objets.

Alors que Christine et Gérard ne se sont jamais rencontrés auparavant, l’ambiance a tout de suite été conviviale, mélangeant entre eux le tutoiement et le vouvoiement, ponctué par le légendaire rire nasal de Christine Bravo ! Parmi les nombreuses anecdotes on relève que Gérard Klein est avant tout un paysan, qu’il est un bon vivant notamment sur le vin et le champagne, et qu’il parle beaucoup. Christine quant à elle a déclenché involontairement l’alarme incendie d’un hôtel à Marseille en pleine nuit, qu’elle est “cash” et peut parfois se froisser avec des personnalités, et déteste le mot “mamie”. Dommage pour elle, car elle a du affronter deux autres Super Mamie à travers trois épreuves ! Gérard lui a tenté de traire une chèvre, mais sans succès ! Leurs points communs : ils ont tous les deux fait instit, lui à la télé et elle en tant que métier, et selon Gérard ils auraient le même nez… Frédéric Lopez, qui doit rebondir sur les anecdotes soufflées qui se disent dans l’oreillette et sur ce que disent les invités (pas évident), est revenu sur le parcours des deux invités à partir de l’enfance. Mais Christine demande à l’animateur qu’aucune bêtise ne soit reprise à l’antenne, notamment sur sa vie en banlieue parisienne dans laquelle elle a grandie pendant une période. Idem lorsque Christine oublie le nom de son ex-collaborateur Pascal Bruner, elle demande à refaire la séquence.

L’enregistrement se fait quasiment sans coupure, à un rythme très soutenu. Du coup, alors qu’un magnéto sur ce que pense les gens dans la rue de Christine, celle-ci s’excuse d’interrompre le tournage pour faire une pause toilettes ! La dernière séquence pendant laquelle les invités doivent faire une division a même été arrangée : Christine ne souhaitait pas faire l’opération et avait un coup de pompe, Gérard a accepté de la remplacer et jouer le jeu de l’instit, la division a été simplifiée alors qu’elle comportait à l’origine une virgule, etc…

Cette émission sera diffusée demain, mercredi 6 mai à 22h45 sur France 2.
Retour à l'accueil