Les Dessous du Culte : Louis De Funès ! (Vidéos) #DessousCulte

Les secrets des tournages d’un trésor national.


Les Dessous Du Culte sont de retour cet été, tous les vendredis ! Des articles 100% anecdotes, avec des révélations sur des moments du petit et du grand écran ou des faits médiatiques très connus. Vous pensiez connaitre ces images et ces séquences culte, mais la réalité en coulisses a été toute autre… Pour ce 16ème dossier nous vous proposons de revenir sur 4 films de Louis de Funès.

L’acteur réuni toujours autant de fans. Ses comédies rediffusées pendant le confinement le prouvent, avec plus de 50 millions de téléspectateurs cumulés ! En tête, La Folie des Grandeurs qui a réuni 5,3 millions de fans sur France 2, le 12 avril dernier ! Une grande exposition lui sera d’ailleurs dédié à La Cinémathèque Française de Paris, dès le 15 juillet. Près de quarante ans après sa mort, il n’a jamais été aussi présent ! L’occasion de lever le voile sur quelques secrets de tournage et histoires autour de ses longs-métrages…

Les Aventures de Rabbi Jabob et le chewing-gum

La scène dans l’usine de chewing-gum, un décor qui a été construit dans les studios de Boulogne Billancourt, renferme de nombreux mystères. À commencer par le contenu des cuves, qui est en réalité un mélange de pâte à pain et de colorant alimentaire. L’idée est née du directeur de production, Georges Vallon, qui avait un boulanger dans sa famille. Lors d’un premier essai mal dosé, la pâte avait levé et gonflé avec la chaleur des projecteurs, débordé et inondé les couloirs du studio ! Louis de Funès a enregistré 10 prises de sa chute dans la cuve, afin d’être certain d’avoir un résultat parfait à l’écran et a évidemment refusé d’être doublé par un autre comédien. Quant aux bulles qui éclatent sur ses chaussures à chacun de ses pas, ce sont en réalité des préservatifs !

L’Aile ou la cuisse et la santé de De Funès

Ce film numéro 1 au box office de 1976 a bien failli se faire sans l’acteur star. En convalescence et affaibli après une crise cardiaque, Louis De Funès est pourtant indispenable pour le producteur Christian Fechner. Ce dernier ira secouer le grand patron des assurances, qui avait annoncé qu’il ne tournerait plus, afin de décrocher deux semaines de tournage d'assurées ! Les scènes sont mises en boite entre 9 heures et le début d’après-midi afin de ménager De Funès, toujours avec une ambulance et un cardiologue présents sur place. La mort deviendra un sujet « running gag » entre la star et celui qui joue son fils dans la comédie, Coluche. Quand Michel arrivait en retard il avait une phrase tout prête : « Louis, je ne me pensais pas en retard. Je n'avais pas vu votre ambulance au bas de la maison ! ». Quand De Funès s’offrait une sieste entre deux scènes, Coluche lui préparait une blague à son réveil. « Je m'étais déguisé en ange et j'étais parti le réveiller dans sa loge ‘Louis, Loulou, vous êtes mort. Vous êtes au ciel.’ ». « Michel, si vous continuez, vous allez effectivement me faire mourir. Mais de rire. » répondait alors Louis.

Oscar et son interdiction de diffusion pendant 14 ans

Un embargo incroyable à cause d'une grande star américaine. De 1986 à 2000, plus aucune chaîne n’a diffusé, car Gaumont avait vendu les droits à Sylvester Stalonne, qui souhaitait faire un remake du film. Son contrat exigeait l’arrêt de l’exploitation du film original sur tout support. « L'embrouille est dans le sac » sort en 1991 et c’est un navet. Il est plusieurs fois nommé lors des Razzie Awards de 1992 : pire acteur pour Sylvester Stallone, pire réalisateur pour John Landis et pire actrice dans un second rôle pour Marisa Tomei. En 2000, TF1 parvient à récupérer les droits d’Oscar et le diffuse un mardi soir et le DVD sortira 2 ans plus tard.

Le Grand Restaurant et la recette du soufflé à la pomme de terre

Cette scène culte est née du perfectionnisme de Louis De Funès. Si sur le scénario c'est uniquement l'accent allemand que prend Septime qui doit faire rire, l’acteur n'est pas convaincu par les premières prises. Après une nuit d'insomnie, il trouve l'idée qui fera le ressort comique de la recette : une ombre chinoise bien placée sur son visage. La moustache et la coupe d'Hitler apparaissent ainsi pendant qu’il livre sa recette, avec un ton autoritaire, au commissaire Müller. Un des nombreux ajouts créatifs de De Funès, qui rendent certaines scènes exceptionnelles et inattendues.

Sources : Télé Loisirs, Philippe Lombard, Twitter CroqueVacances, Histoires De Tournage, Le Monde Des Avengers

Retour à l'accueil