Les Dessous du Culte : Faites Entrer L’Accusé ! #DessousCulte

La veste en cuir, le générique, les clashs et les menaces.


Les Dessous Du Culte sont de retour cet été ! Des articles 100% anecdotes, avec des révélations sur des moments du petit et du grand écran ou des faits médiatiques très connus. Vous pensiez connaitre ces images et ces séquences culte, mais la réalité en coulisses a été toute autre… Pour ce 19ème dossier nous vous proposons de revenir sur Faites Entrer L’Accusé.

Il y a 20 ans était diffusé la toute première l’émission de faits divers sur France 2. Et 250 numéros plus tard, le programme reste mythique. L’idée du programme est né du désir de son créateur, Christian Gerin, de mettre à l’antenne ces sagas judiciaires, à l’image des bons polars que l’on peut lire. À cette époque, ce genre littéraire est en train d’exploser en librairies. France Télévisions est d’abord frileuse, à tous les étages y compris au service information. Tout comme Christophe Hondelatte qui refuse d’abord la proposition ! Cet univers, dont il ne connaissait rien, le dégoûtait et depuis très jeune il n’aime ni le sang, ni le malheur des autres. Il finit par accepter, par « vanité », pour « un besoin de reconnaissance » et comme un « aboutissement » professionnel. L’été 2000, ce sont d’abord trois numéros qui sont diffusés, sous le titre « Histoires De », avec plusieurs affaires traitées. Mais rapidement une seule affaire prendra 90 minutes et Faites Entrer L’Accusé s’impose comme nouveau titre dès 2020.

Une décomplexion sur la question criminelle s’est opérée avec nous, par nous. Désormais, c’est totalement banal de tomber sur une émission qui traite d’affaires pénales lorsque vous zappez.

Christophe Hondelatte dans Society

La rigueur et le sérieux dans l’étude des dossiers par les journalistes de l’émission, ainsi que la qualité des récits à l’image, font ouvrir beaucoup de portes dans le milieu judiciaire. Les décors sont réels, les caméras se rendent sur les lieux des crimes et dans les cabinets des médecins légistes notamment. Son présentateur phare Christophe Hondelatte et des gimmicks culte créent une véritable identité au magazine : sa veste en cuir au col relevé qu’il a acheté dans un dépôt-vente, la musique du générique iconique remixée par Ariel Wizmann d’après le morceau du groupe Narcoleptics, la photo du coupable punaisée ou projetée sur un mur et des interviews aux questions parfois choc : « À aucun moment, vous n'avez envisagé que cette viande dans le frigo... soit votre mère ? ».

Dominique Rizet, journaliste et conseiller éditorial à l’époque, veille aussi à l’exactitude des termes prononcés afin que l’émission ne perde rien en crédibilité. En revanche, pas de reconstitution, mais des séquences d’évocations avec des accessoires faisant allusion à des détails de l’affaire, afin de capter l’imagination du téléspectateur. Réaliser un tel programme coutait assez cher à la chaîne, environ 250 000 euros par numéro.

On a eu des prises de becs homériques. Je me souviens d’un tournage sur les quais de Seine où il me faisait tellement chier que j’ai cru que j’allais le foutre à l’eau. Je crois qu’il souhaitait que son chien, Pitchoun, soit dans le plan…

Christian Gerin au sujet de Christophe Hondelatte dans Society

Mais Faites Entrer L’Accusé ce sont aussi des clashs, en off. Christophe Hondelatte a pété les plombs plusieurs fois, comme lorsqu’il a balancé son bloc-notes à quelques centimètres du visage d’une rédactrice en chef qui avait évoqué ses droits d’auteur devant l’équipe. Et s’il a menacé de claquer la porte à plusieurs reprises et à chaque saison, le présentateur lui a aussi été menacé par des prévenus. Étant donné que la notoriété de l’émission se mesure aussi en prison et qu’elle peut être une seconde peine. Certains criminels, qui ont refait leur vie, paient encore les conséquences de la (re)diffusion de leur affaire...

Un seul cas de censure serait à relever. Lors de l’affaire Stern en 2005 (un banquier assassiné en tenue de latex), la productrice et demi-sœur de la victime met son véto. La réalisatrice tacle alors un « deux poids deux mesures » en pointant du doigt les puissants. Lassé de la routine des affaires, Hondelatte quitte Faites Entrer L’Accusé en 2011. Il est alors remplacé par Frédérique Lantieri. Avec une approche plus intime et physiologique, mais moins de charisme, elle emmène le programme dans une autre ambiance dans un décor plus moderne. Désormais récupérée par RMC Story depuis le début de cette année, Faites Entrer L’Accusé sera désormais incarné par Rachid M'Barki, avec la participation de Dominique Rizet, lors des numéros à venir.

 

Source : Society daté du 9 juillet 2020

Retour à l'accueil