Crise financière dans le foot-business ! #Ligue1

L’État va offrir 224,5 millions d’euros aux clubs.


Plus aucun droit de retransmission télé versé par Canal+ et beIN Sports, perte des recettes de billetterie, effondrement des recettes de sponsoring, diminution de transferts des joueurs, mais d’énormes salaires toujours versés aux joueurs inactifs, … Selon une enquête de Mediapart, la Ligue de Football Professionnel a souscrit un emprunt garanti par l’État de 224,5 millions d’euros pour renflouer les caisses, face à la crise du coronavirus qui a mis toute la machine à cash à l’arrêt. Mais problème, de nombreux clubs de football français sont dans le rouge depuis longtemps et ils ne pourront peut-être jamais rembourser ce prêt d’ici 4 ans !

Après des années de surenchères folles autour des droits TV, pour payer des salaires de plus en plus démentiels au profit des joueurs vedettes, et des transferts tout aussi délirants, ce serait finalement les contribuables qui pourraient être invités à mettre la main à la poche, pour payer la facture des dérives du foot-business.

Mediapart

L’OM, les Girondins, l’AS Saint-Étienne ou encore le Losc sont les plus menacés par la faillite. A Marseille le déficit affiche 91 millions d’euros, à Lille - 66 millions ou encore Bordeaux - 25,7 millions… Mais la Ligue 1 retrouvera-t-elle un équilibre financier, alors qu’elle plongeait dans le négatif avant le confinement ? Dans un document confidentiel de la LFP que Mediapart diffuse, le résultat net des clubs de Ligue 1 au 30 juin 2020 est simulé et c’est catastrophique ! Le déficit net colossal serait de 541 millions d’euros au total et seuls trois clubs sur 20 seraient dans le vert. Ainsi, il y a fort à parier que plusieurs clubs déposent le bilan d’ici la fin de l’année. Cela aurait alors pour conséquence d’effacer leur ardoise...

L'opération est périlleuse mais personne n’a voulu y mettre le moindre garde-fou, ni la LFP ni l’État. […] De bonnes sources, on nous a confirmé que non : aucun contrôle, aucune vérification de la solvabilité des acteurs concernés. […] En somme, le ministère des finances a ouvert un étrange bureau : « Venez ! L’argent c’est pour vous ! Les risques, c’est pour nous ! » Le foot-business aurait été bien mal avisé de ne pas se présenter à un guichet aussi accommodant…

Mediapart

De son côté, la LFP a démenti les informations de Mediapart à travers un communiqué et annonce porter plainte, notamment au sujet de la divulgation de documents confidentiels. Une atteinte à la liberté de la presse pour le site d'information indépendant.

Cet emprunt ne comporte aucun risque financier pour la LFP qui a adopté, concomitamment à la mise en œuvre du PGE, un plan de remboursement sur 4 ans par prélèvement à la source sur les 5,3 milliards d’euros de revenus audiovisuels déjà conclus et à encaisser sur le cycle 2020/2024. Ce montant est constitué par les versements cumulés de 4 diffuseurs et non uniquement de Mediapro, les remboursements ne représentant pas plus de 5% des revenus globaux de la LFP et ne mettant en aucune hypothèse les contribuables français à contribution.

Ligue de Football Professionnel

Retour à l'accueil