La Haute Définition des plateformes de streaming vidéo grippée ! #COVID2019

HD limitée, Disney+ reporté, …


Face au confinement, nombreux sont les français et françaises à se ruer sur les plateformes VOD, comme Netflix ou Prime Vidéo, par exemple. Mais cela n’est pas sans conséquences : extrêmement sollicités, les trafics de bandes-passante des opérateurs et autres réseaux se sont vite retrouvés saturés. Outre l'utilisation massive des plateformes vidéo, le télétravail s’est aussi très largement développé en France exerçant également une pression supplémentaire sur l’internet.

En conséquence et afin d’éviter toute congestion du réseau, Netflix a annoncé le jeudi dernier que dorénavant l'ensemble des vidéos de sa plateforme seront proposées en qualité standard (SD) et non plus en haute définition (HD) et ce, pour une durée de 30 jours. Le même jour, YouTube annonce rejoindre Netflix, et propose de réduire son débit proposant les vidéos de sa plateforme en qualité standard plutôt qu’en HD. Le lendemain, Prime Vidéo, service de streaming réservé aux clients Prime d’Amazon, rejoint l’initiative de son concurrent Netflix en adoptant à son tour la qualité standard plutôt que la HD.

Cependant, et si on y regarde de plus près, force est de constater que Netflix n’a pas tout à fait abandonné la qualité HD au profit de la SD… En effet, l’effort concret réalisé par Netflix est d’avoir baissé de façon considérable sa consommation de bande passante en réduisant de 25% le débit binaire (bitrate) des vidéos. Mais les utilisateurs peuvent toujours continuer à visionner les différents contenus en HD, Full HD voir 4K, le flux étant plus compressé.

Désenchantement pour les fans de Disney

Tandis que Disney s’apprêtait à lancer en grandes pompes son propre service de streaming vidéo le mardi 24 mars, sobrement baptisé « Disney+ » sur le continent Européen, les Français devront quant à eux faire preuve de patience pour retrouver le catalogue de la firme aux grandes oreilles, le lancement ayant été reporté… au 7 avril, soit 14 jours plus tard ! Malheureusement, la pression exercée sur les réseaux par les principaux acteurs du marchés que sont Netflix, Prime Vidéo, YouTube et ce sans compter sur les connexions régulières étant déjà très importante, il était difficile de pouvoir supporter l’arrivée d’un nouveau venu déjà très (peut-être trop) attendu !

Étonnamment c’est Stéphane Richard, Président Directeur Général d’Orange qui a, dans un premier temps, demandé le report du lancement de Disney+. Nombreux sont les utilisateurs à parler alors de « vengeance » de la part du PDG d’Orange, car il est à noter que Disney+ a souscrit un contrat d’exclusivité avec Canal+ et sera ainsi directement intégré aux bouquets d’offres de la chaîne cryptée et donc mise à disposition gratuitement à l’ensemble de ses abonnés.

Dans un premier temps, Disney a refusé le report de son lancement en France, avant d’annoncer dans un tweet publié le samedi dernier. La magie attendra...

Retour à l'accueil