L’association UNAFAM juge « stigmatisante » une prestation de Danse Avec Les Stars ! (Vidéo) #DALS

La victoire de Sami El Gueddari et Fauve Hautot entachée par un scandale ?


Une association a été interpellée à la suite de leur prestation du 2 novembre dernier, dans Danse Avec Les Stars sur TF1. Lors de ce prime spécial Halloween, le nageur handisport incarnait un fou, habillé d’une fausse camisole, et la danseuse professionnelle jouait le rôle d’une infirmière, avec une blouse tachée de faux sang. Dans le magnéto précédent leur danse, on y voyait Fauve demander à Sami de jouer le rôle à fond, en précisant que son « personnage est un fou » et « je veux que tu fasses peur ! ».

La maladie psychiatrique associée à Halloween, cela ne passe pas.

Un mélange des genres, un décor de chambre capitonnée, des tenues et des propos qui a fait réagir l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques. Une séquence « stigmatisante » estime l’association, qui a adressé une lettre ouverte au Président-Directeur Général de TF1, Gilles Pelisson.

L’UNAFAM demande des excuses publiques, sur l’antenne et les réseaux sociaux de la chaîne, à destination des personnes malades. De plus, une plainte a été déposée auprès du Procureur de la République afin d’obtenir l’ouverture d’un débat sur la représentation de la psychiatrie dans le milieu artistique.

L’hôpital psychiatrique une fois de plus représenté par une chambre d’isolement aux décors de murs capitonnés et la célèbre camisole de force. Une esthétique certes prisée des cinéphiles mais ô combien éloignée de la psychiatrie d’aujourd’hui, et heureusement. Mais combien le savent ? Ce n’est pas la prestation artistique que nous contestons, c’est le message qu’elle envoie. En effet, pour le couple de Fauve Hautot et Sami El Gueddari, lui en camisole et elle, son « infirmière », en blouse recouverte de sang (mais pourquoi ?), il semble normal de surjouer l’aspect terrifiant de la situation.

Marie-Jeanne RICHARD, Présidente de l’Unafam

Ce n’est pas la première fois qu’une émission est épinglée pour s’être maladroitement inspirée de l’hôpital psychiatrique. En juillet 2017, une épreuve de Fort Boyard avait été rebaptisée après avoir été jugée « discriminatoire » par des associations.

Retour à l'accueil