Gad Elmaleh avoue enfin avoir pris des vannes à d’autres humoristes ! (Vidéo) #CopyComic

Opération aveux et reconquête.


L’humoriste et acteur fait le tour des médias cette semaine, notamment dans Le Parisien et TV Magazine, pour de longs entretiens sans tabous. Les lecteurs du quotidien l’ont rencontré mardi dernier pour lui poser toutes les questions. Parmi les sujets abordés, celui du scandale du plagiat de sketchs, mis en lumière par Copy Comic depuis février 2019.

C'était très violent, excessif et démesuré par rapport à ce qu'il y a de vrai, c'est-à-dire les inspirations que je revendique. Il y avait un fond de hargne, une volonté de nuire… Personne n'a envie d'être affiché dans la presse comme quelqu'un qui a volé. Je me suis bien sûr fermé à ce moment-là, ma première réaction a été, je ne sais pas si j'ai eu raison ou non, de vouloir savoir d'où ça venait. […] Il y a beaucoup de choses mensongères, exagérées, à charge dans ces vidéos, et une partie de vrai. Je regrette que les journalistes ne les aient pas décryptées. […] Je l'ai mal pris et je me suis braqué.

Gad Elmaleh à Le Parisien

Et après des mois à esquiver, Gad Elmaleh s’ouvre sur l’affaire et avoue, enfin, avoir emprunté certains passages de ses sketchs à d’autres humoristes américains pour les mettre à sa sauce.

Oui, je me suis inspiré de gars, oui, j'ai chopé ça. Voilà, au moment où le stand-up arrivait, avec ma génération, on s'est inspiré des Américains… […] On s'en inspire, oui, on prend des choses et on les met à notre sauce. Mais, on parle d'1 minute 30… Peut-être qu'on a été à la facilité, en s'inspirant des techniques de vannes, des chutes, des punchlines des Américains. […] Alors, je me suis inspiré d'eux. OK, d'accord. Qu'est-ce qu'il faut faire maintenant ? Est-ce qu'il y a un confessionnal pour humoristes ? Qu'est-ce qu'il faut faire, à part continuer sa route et dire : oui, voilà, c'est une période où moi j'étais fasciné par ces gens-là, mais 1 minute 30 de show sur vingt ou trente heures de spectacles que j'ai faits dans ma vie, ça ne résume pas ma carrière.

Gad Elmaleh à Le Parisien

Sans regrets.

En revanche Gad n’éprouve aucun regrets sur ces plagiats. Toutefois, il prend plus de précaution dans l’écriture de ses spectacles. Revenir sur scène à l’automne 2020 est sa priorité. Aussi une manière de tourner la page de cette affaire.

Je ne le referais pas, mais je ne le regrette pas parce que je n'ai jamais été dans une démarche malicieuse. On entend des choses et ça infuse en vous. Non, il ne faut prendre de vanne à personne, mais ne m'inventez pas d'autres choses. Un peu comme le gamin qui a fait une bêtise et dont les parents trouvent naze tout ce qu'il fait, c'est terrible… Aujourd'hui, je dis, non, ce n'est pas vrai. Il y a quelques mois, j'aurais été incapable de vous le dire, parce que j'étais trop fâché. Et puis, le préjudice dans le plagiat touche l'auteur, et jamais je n'ai eu de problème. Je suis connecté, j'ai des rapports avec ceux dont je me suis inspiré, aucun ne s'est jamais plaint. Je ne vous cache pas qu'en ce moment j'écris mon prochain spectacle et je me dis souvent, mais peut-être que ça a été fait

Gad Elmaleh à Le Parisien

Retour à l'accueil