Les contre-vérités autour de l’attentat de Strasbourg #Strasbourg

Annonces, identité du tueur, manifs interdites, faux policiers, …


Mardi soir dernier la France a de nouveau été touchée par le terrorisme. Une fusillade a eu lieu à proximité du marché de Noël de Strasbourg, faisant 4 morts et plusieurs blessés. Le terroriste a été neutralisé jeudi soir par la police, après une traque dans le quartier du Neudorf. Retour sur les nombreuses contre-vérités, publiées principalement sur les réseaux sociaux :

La fusillade annoncée plusieurs heures avant sur twitter ?

Les messages publiés sur les comptes d’Emmanuel Macron et de la Préfecture du Bas-Rhin ont été un sujet majeur des complotistes. Notamment quand BFM TV diffuse un message publié mardi à 11h47, soit huit heures avant l'attentat… La raison est le fuseau horaire par défaut de Twitter. Par exemple lors de la création d’un compte, le fuseau horaire est réglé sur celui de la côte ouest des Etats-Unis, où se trouve le siège du réseau social. Soit 9 heures de décalage avec la France. Les messages du Président de la République et de la Préfecture ont bien évidemment été publiés après la fusillade, respectivement à 1h55 et 20h47.

L’identité du tueur révélé en premier par un compte twitter israélien ?

Un tweet en hébreu, publié mercredi à 23h24 par un compte se localisant à Tel Aviv, balance l’identité du terroriste, photos à l’appui, et bien avant les autorités françaises. En réalité, d’autres messages publiés bien avant révélaient déjà le nom du tueur, que ce soit sur Twitter ou même Facebook. Les policiers français ayant privilégié le bon déroulement de leur enquête, notamment la préparation des perquisitions et les arrestations des proches du terroriste, ont préféré attendre avant de diffuser un appel à témoin avec ces informations.

Les manifestions des gilets jaunes interdites à la suite de la remise en place de l’état d’urgence ?

Si un arrêté préfectoral en date de mercredi avait bien suspendu « jusqu’à nouvel ordre » les manifestations, celui-ci n'a en réalité concerné que Strasbourg. Il a depuis été abrogé et les manifestations sont donc bien autorisés sur toute la France. De plus, ce vendredi soir le plan Vigipirate redescend d’un cran, au niveau « Risque attentat ».

La police continue son enquête de voisinage en faisant du « porte à porte » et du « phoning » ?

Des individus peu scrupuleux tentent de profiter de l’évènement afin de subtiliser des pièces d’identité et des comptes bancaires. Des tentatives d’escroquerie que dénonce le Préfet de la Région Grand-Est, qui précise qu’il ne faut pas répondre aux appels, ni aux mails, et encore moins ouvrir aux faux policiers. Les représentants de l'autorité disposent tous d'une carte professionnelle, avec un hologramme et une puce électronique, qu'ils doivent présenter obligatoirement.

Sources : Factuel AFPPrefet67

Retour à l'accueil