Sansure a vu le 1er épisode de Pékin Express : la course infernale #PekinExpress

L’humour au cœur de cette nouvelle saison.


Le jeu d’aventure culte de M6 revient, après 4 ans d’absence, dès le jeudi 12 juillet. Sansure a assisté à l’avant-première de cette 11ème saison, jeudi dernier, en présence des candidats, de Stéphane Rotenberg et du producteur Thierry Guillaume. Coulisses du tournage et indiscrétions des candidats, on vous dit tout avec notre résumé complet du 1er épisode de Pékin Express : la course infernale ! Attention spoilers…

Ils pensaient qu'ils allaient être accueillis comme des princes à l'aéroport, et même se rafraichir un peu à l’hôtel… Mais la douche froide a lieu face à l'écran du hall d’arrivée, avec l’annonce du démarrage immédiat de la course par Stéphane Rotenberg ! Mais tous les binômes ne sont pas encore formés et comme c’est la tradition dans Pékin Express, un duo d’inconnus va se former. Gaëlle attend donc sa moitié, qu’elle ne connait pas, face à un autre hall d’arrivée. Et c’est Elodie qui sera sa co-équipière pour l'aventure. Mais tout les oppose à première vue. Gaëlle est une femme glamour de 33 ans, en revanche Elodie n’est pas coquette du tout du haut de ses 37 ans.

Ce top départ surprise des 8 binômes à l’aéroport est très drôle et donne le ton humoristique voulu pour cette saison. Les candidats se changent en pleine rue, sans aucune retenue ! Ils transfèrent dans la précipitation leurs valises dans leurs sacs rouge, qui est plus petit... On découvre alors le portrait de Maxime et Alizée, des amoureux BCBG, qui vont mettre de côté leur confort et les 5 étoiles. Bonjour auto stop et nuits chez habitant dans Pékin Express. Pour avoir discuté avec ce couple, on vous confirme que c’est bien eux qui se sont inscris, Alizée via Facebook pour être précis, alors qu’ils regardaient déjà ensemble les précédentes éditons. Aujourd’hui ils ne regrettent pas du tout l’aventure. Autre duo à suivre de près : Medhi et Oussama. Ils galèrent en anglais, mais aussi en français... Ils sont à la traîne de cette première course, qui qualifiera les premiers arrivés pour l’épreuve d’immunité. Les candidats sont d’ailleurs localisés la plupart du temps par la production. Une géolocalision via WhatsApp grâce à un téléphone glissé dans la poche d’un caméraman qui suit le binôme.

10 kilomètres de route plus loin et les voilà en pleine nature sauvage. Une jungle qui cache déjà le panneau « voiture interdite » ! La suite va devoir se faire en pirogue ! Et cela va ramer pour les candidats... Monter dans l'embarcation est déjà complexe pour certains binômes. A bord de l'embarcation c’est déjà les premières tensions entre Maxime et Alizée. Le courant, les rochers, les branches d'arbres, et même des chocs entre les bateaux vont ponctuer cette balade infernale sur la rivière. Beaucoup vont boire la tasse. Comme Thierry et son père Maurice qui vont retourner leur embarcation ! Stéphane Rotenberg nous a confié que la production n’avait pas prévu de micros étanches pour cette épreuve. Et surtout un technicien tombé à l’eau a noyé une caméra ! Estelle et Estelle, les copines belges, n'ont aucun souci en revanche. Premier bonus à l'issue de la pirogue, remporté par Maxime et Alizée : ils sont partis à la rencontre des orang-outan à l'état sauvage.

Avec le courant de la rivière il n’y avait pas de risque pour une équipe d’aller à contre sens. Mais il faut savoir que lorsqu’une équipe va vraiment à l’opposé du parcours, il y a une règle de Pékin Express non écrite qui est pratiquée. Le caméraman qui suit le binôme perdu insiste alors pour qu’ils regardent bien leur carte, par exemple. Car la course peut avancer très vite, aussi pour les équipes techniques. Si un duo accuse plus d’une heure de retard, c’est trop tard pour eux de remonter et de gagner l’étape.

Extrait exclusif du 1er épisode de #PekinExpress la course infernale 🎒🎒

Une publication partagée par SANSURE.FR (@sansure.fr) le

Deux autres binômes peuvent encore se qualifier pour l’épreuve d’immunité. La route est alors reprise. Et ce sont Estelle et Estelle, ainsi que Martin et Laetitia qui sont les premiers à retrouver le directeur de la course. Les balises des retardataires sonnent la fin de la première journée. Ils doivent tous trouver où dormir. Demander l'hospitalité s'annonce comme une nouvelle étape complexe. Les concurrents tendent une note dans la langue du pays qui explique qu'ils ne peuvent pas payer pour être héberger et manger. On découvre alors les « longhouse », des grands bâtiments de taule et de bois, grand comme plusieurs terrains de foot, qui peuvent abriter jusqu'à 40 familles.

Des conditions déjà très sommaire pour le couple BCBG, qui est totalement sous le choc. De leur côté, Medhi et Oussama font la rencontre de familles, dont une grand-mère qui va les toucher au point de faire remonter des souvenirs. Un massage improvisé va créer un moment de partage et de tendresse entre Medhi et cette dame. Maurice lui déguste du vin de papaye. L’occasion aussi de fêter ses 80 ans pour cette première soirée chez l’habitant. Des proches lui ont écrit pleins de petits messages pour son anniversaire. Tous vont déguster des spécialités, dont le poulet cuit dans du bambou !

Le départ de la suite sera donné le lendemain. D’ailleurs bien souvent, le top donné par Stéphane Rotenberg à l’écran est un faux départ. La production arrête les binômes juste après pour 10 minutes environ, afin que l’animateur prenne suffisamment d’avance et soit bien à destination avant les compétiteurs. Car c’est une vraie crainte pour la production, malgré les détours souvent imposés aux binômes sur leurs parcours. Se faire doubler par les candidats est terrible pour la production qui ne sera donc pas prête techniquement à l’arrivée. Donc quand Stéphane n’est pas à côté du drapeau, c’est qu’il a été trop lent…

Nous avons également découvert les premières minutes de Pékin Express, Itinéraire Bis. Dans cette seconde partie de soirée inédite, Samuel et Ludovic, deux candidats emblématiques, font leur retour pour parcourir les mêmes étapes que les candidats mais sur un autre circuit parallèle. Les deux émissions sont d’ailleurs tournées le même jour, par deux équipes techniques distinctes. L’occasion de faire découvrir plus d’histoire de la région et les différents aspects culturels des lieux. Pour se faire, les frères belges se voient remettre une carte de crédit mais avec une limite secrète. Et gare à la punition désagréable s’ils explosent leur plafond ! Ils ont également un téléphone portable sur lequel apparaissent des missions. Ils vont se marrer mais ils vont aussi en baver prévient le directeur de course à leur départ ! Leur première mission sera de trouver une pâtisserie locale. Samuel reste prudent sur cette première dépense.

Retour à l'accueil