Les Dessous Du Culte : le clash entre Nicolas Anelka et Raymond Domenech #DessousCulte

Domenech a rétabli la vérité.


Les Dessous Du Culte ce sont des articles 100% anecdotes avec des révélations sur des moments de télé ou des faits médiatiques très connus. Vous pensiez connaitre ces images et ces séquences culte, mais la réalité en coulisses a été toute autre… Pour ce septième dossier, et en période de Coupe du Monde, nous vous proposons de revenir sur les véritables propos de Nicolas Anelka à l’encontre de Raymond Domenech.

L’Équipe de France connait en 2010 ses heures les plus compliquées. Eliminés de la Coupe du Monde, les relations joueurs-entraineur-public ne sont pas au beau fixe. Et cela va se prouver une fois de plus pendant le match France-Mexique, le18 juin 2010. Lors de la mi-temps, celui qui était le numéro 21 des Bleus va avoir un échange verbal très tendu avec Raymond Domenech. Le journal l’Equipe fait alors sa une avec les propos choc d’Anelka : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! ».

Mais 8 ans après les faits, Domenech est revenu sur l'altercation. A l’occasion du documentaire "Sélectionneurs" diffusé le week-end dernier sur Canal+, l'ancien sélectionneur a livré une version plus précise des propos prononcés dans le vestiaire :

« Il n’a pas dit ce qui était écrit dans les journaux. C’est une certitude. A la mi-temps, je lui dis « Nico, ce que je veux c’est que tu ailles dans la profondeur. On est dix sur le banc, on a tous vu que tu y aillait pas. ». Anelka : « Ouais mais c’est toujours moi. » Domenech : « Oui c’est bien toi qui joue là », et il a ses chaussures à la main, il se tourne, jette ses chaussures et dit « T’as qua la faire ton équipe de merde ! » Domenech : « Tu as raison, tu sors. » Et je dis à Gignac « va t’échauffer ». Le truc qui m’a vexé c’est le moment où il m’a tutoyé. Tout d’un coup c’est un manque de respect de la fonction de sélectionneur. Et quelqu’un qui jusqu’à présent m’avais vouvoyé, et d’un coup devant les copains me tutoie, c’est fini. Il a cassé le lien qu’il y avait entre le sélectionneur et le joueur.

Raymond Domenech sur Canal+

Dans Le Journal du Dimanche paru le 10 juin, Nicolas Anelka s’est confié également sur ce clash. Il regrette que l’ex-sélectionneur n’ai pas parlé tout de suite lors du scandale médiatique :

S’il avait dit ça le jour de cette une, pas de grève des joueurs. Pas de grève, pas de bus. Donc pas de scandale mondial. Peut-être même une victoire dans le dernier match et une qualification à la clé. Mais ça n’arrangeait ni la Fédération ni L’Équipe de révéler la vérité… Il semblait préférable de la cacher, de condamner le geste solidaire envers moi. Je n’ai aucune rancœur, juste un sourire en coin car le faux est voué à disparaître. Lorsqu’on dit la vérité, on dort bien. Et je dors très bien…

Nicolas Anelka dans le JDD

Retour à l'accueil