L’asile de Fort Boyard ne fait pas rire les associations ! (mis à jour) #FortBoyard

La nouvelle épreuve du jeu de France 2 est jugée discriminatoire.


Les associations de malades psychiatriques n’apprécient pas cette cellule du jeu d’aventures. Ils comptent déposer plainte pour « injures publiques » et « discriminations » contre la production ALP et France 2. Dans cette épreuve intitulée « l’asile », un candidat habillée d’une camisole de force doit tenter de sortir d’une chambre d’isoement capitonnée, aux murs tagués et sous des cris anxiogènes. Pour parvenir à s’extraire, il doit se secouer afin de faire tomber les balles aggripées à sa camisole et les récupérer avec sa bouche. A l’image, ce comportement rappelle aux familles de malades de douloureux souvenirs. Pire, pour les associations l’émission ridiculise les malades en imitant de tels gestes.

La production calme le jeu.

Guillaume Ramain, le producteur artistique de Fort Boyard a précisé au journal Le Parisien que la production ne souhaitait bien évidemment choquer personne : “L’asile fait partie d’un univers de fiction comme beaucoup d’autres. Mais dès la deuxième diffusion samedi dernier, on a pris en compte les critiques.” En effet, les références à l’hopital et à l’univers psychatrique ont été gommés au montage, tout comme certains commentaires, le mot « asile » a été redoublé par le mot « cellule capitonnée ». Alexia Laroche-Joubert, productrice de Fort Boyard, a également réagit et apporté ses précisions aux micros d’Europe 1 et de C8.

Depuis 1990, on a reversé 4 millions d’euros à des associations. On ne veut stigmatiser personne. Au contraire, on a même fait participer deux athlètes handicapés cette saison. Alors qu’on nous fasse un procès là-dessus, c’est aussi choquant. Cette polémique va trop loin.

Guillaume Ramain au journal Le Parisien

C’est une épreuve historique de Fort Boyard, elle a été lancée en 2001, et on a voulu la revisiter à la manière du joker de Batman. Donc vous imaginez qu’on était très très loin de vouloir choquer qui que ce soit. […] Je trouve cela étonnant qu’à aucun moment les associations ne nous ai appelés pour travailler avec nous sur des ajustements. […] On sait très bien que les camisoles de force n’existent plus, tout comme les cellules capitonnées. Cela fait partie de l’imaginaire. […] Mon téléphone reste ouvert s’ils veulent me contacter.

Alexia Laroche-Joubert sur Europe 1

Mise à jour du 10 juillet :
Dans une tribune publiée sur le site du journal Le Monde, les associations persistent et se posent de nombreuses questions sur le maintient, finalement même édulcorée, de l'épreuve. Elles demandent des excuses de France 2 et le retrait total de la séquence des prochaines émissions de Fort Boyard.

Retour à l'accueil