Bernard Lama balance sur ses anciens coéquipiers ! #clash

Il n'a pas pris de gants cette fois.


L'ancien gardien des Bleus, entre 1993 et 2000, règle ses comptes dans une interview au magazine So Foot, actuellement en kiosques. Son rival Fabien Barthez, son ancien entraineur Luis Fernandez, l’attaquant italien Marco Simone et le défenseur allemand Christian Wörns sont ainsi violement taclés par Bernard Lama :

« Barthez, c’est un bon soldat ! Il est blanc, pas très intelligent, il ne fait pas trop d’histoires, il a été le chouchou à une époque mais aujourd’hui, on ne l’appelle pas pour parler de football. [...] Avec Fabien, on s’entendait bien sans être potes. Les gens ont monté ce truc (de la rivalité). Barthez a été un symbole de la lutte anti-Lama : des joueurs voulaient me sortir et des médias ont joué le jeu de Barthez. »

Bernard Lama au sujet de Fabien Barthez

« C’était le folklore. Fernandez, c’est un entraîneur de coupes, pas un entraîneur de stabilité. Toutes les semaines, fallait qu’il change l’équipe. C’est quelqu’un qui n’a pas compris où il était. C’était trop haut pour lui. Intellectuellement, il y avait un décalage. [...] Dans la gestion humaine, il était à côté de la plaque. [...] Maintenant, il n’y a plus de soucis, il m’appelle (pour des interviews), je réponds à ses sollicitations ».

Bernard Lama au sujet de Luis Fernandez

« Simone, c’est un gros con qui se la racontait. Wörns touchait un gros salaire mais c’était un lâche. Il était limité et ne savait faire que le marquage individuel ».

Bernard Lama au sujet de Marco Simone et de Christian Wörns

Les réactions

Son autre coéquipier Christophe Dugarry a régit à ces attaques, au micro de RMC mardi :

« Il y a peut-être un peu d'aigreur aussi de ne pas avoir participé à cette Coupe du monde. Je trouve ça quand même assez moyen de sortir des trucs comme ça. Que c'est méchant, tout ça. C'est de la méchanceté gratuite. Tu as l'impression qu'il en a accumulé et qu'il avait besoin de le sortir. C'est qu'il devait être un peu dans un mal-être. Je ne suis pas étonné, parce que Bernard te fait toujours un peu la morale quand il te parle. Tu as toujours l'impression que c'est un professeur qui te donne des leçons. [...] Je trouve ça dommage de raconter des choses comme ça qui n'ont pas vraiment d'intérêt. »

Christophe Dugarry

Quant à Luis Fernandez, il a publié ce tweet cinglant, en se demandant si Bernard Lama n'avais pas replongé dans le cannabis, ajoutant un lien vers un article sur le sujet datant de 1997 :

Retour à l'accueil