A Nice, le terroriste avait réalisé 11 repérages avant l’attentat ! #fail

De nouvelles preuves d’une faille évidente de sécurité.


Dans un article très complet, Mediapart détaille les nombreux repérages effectués par le terroriste, sans inquiéter la police, malgré la vidéosurveillance ! Mohamed Lahouaiej Bouhlel a débuté ses repérages quasiment un an avant l’attentat de Nice. Les enquêteurs ont retrouvé dans son téléphone portable et dans son ordinateur de multiples clichés de repérages, dont un selfie avec Christian Estrosi réalisé en août 2015 ! La vidéosurveillance de la ville de Nice a également enregistré plusieurs passages du camion, cumulant les infractions et mettant déjà en danger la sécurité de la Promenade des Anglais.

11 repérages en 4 jours.

Le 11 juillet peu avant 10 heures, le camion fait semblant d’effectuer une livraison en se garant sur un trottoir, puis repart en effectuant un demi-tour toujours sur le trottoir. A 12 heures, à 14h30, à 22h30 et à 23 heures le poids lourds repassera sur la route de la promenade des Anglais. Le 12 juillet le camion effectue un premier trajet, s’aventure sur la voie de bus puis de nouveau sur le trottoir. Il y reste 15 minutes, le temps notamment de prendre en photo la pergola depuis l’intérieur de la cabine du semi-remorque à 6h44. Le 13 juillet à 6h56, la caméra 173 filme le camion blanc. Malgré l'arrêté municipal interdisant la circulation des véhicules 6 fois moins gros, le 19 tonnes circule alors sur la chaussée puis sur le trottoir, puis se gare face à une pergola qui abrite des bancs. Après être descendu du camion pour faire diversion, l’homme redémarre, effectue une manœuvre dans le but de mieux s’aligner face à la pergola et essaie même de passer en dessous ! Mais le camion est trop haut et il quitte le trottoir à 7 heures. Il repassera sur la route dans la soirée. Le 14 juillet à 19h25 Mohamed Lahouaiej Bouhlel réalise un selfie sur les lieux de son futur crime, à proximité d’une pergola...

Des révélations qui dérangent.

Alors qu’un attentat sur le même mode opératoire a touché Berlin il y a quelques jours, les informations de Mediapart font grincer des dents. Ces détails qui laissent à penser d’une préparation très facile de l’attentat de Nice dérangent fortement les autorités, surtout parce que l’enquête n’est pas achevée. Christian Estrosi et la Mairie de Nice ont notamment indiqué vendredi dernier leur intention de porter plainte pour diffamation contre Mediapart. Une plainte qu’Edwy Plenel, le directeur de la publication de Mediapart, dit n’avoir pas encore reçue…

Nous portons plainte sur ces propos scandaleux allant jusqu'à faire croire que Christian Estrosi aurait fait volontairement une photo avec le terroriste. […] Alors que notre ville est toujours en deuil et qu’une enquête est en cours, Mediapart aurait-il eu accès à des images qui sont normalement protégées par le secret de l’enquête ? Nous dénonçons un article à charge et une synthèse d’approximations.

L'entourage de Christian Estrosi, premier adjoint Les Républicains à la mairie de Nice

Retour à l'accueil